Nos médias (N°79 / 3 février 2009)

Comment éduquer à la pub?

Il y a trois ans déjà, le Conseil de la Publicité avait décidé d' »endoctriner » au fonctionnement de la publicité les élèves du primaires. Le matériel pédagogique proposé était, bien entendu, gratuit et largement promotionné auprès des enseignants notamment via des spots diffusés sur les antennes de la RTBF. Même la Ministre Aréna déconseilla cet ouvrage (ce que je pense du Jury d’éthique publicitaire, à l’origine de cette initiative éditoriale).

Elle m’influencera toujours…

L’annonce de la réaction du Conseil de l’Education aux Médias fut immédiate: il allait produire son outil critique pour « comprendre la publicité ». Après… une longue attente et quelques querelles intestines, il vient d’accoucher d’une brochure de 86 pages et d’un CD qui sont également diffusés gratuitement.
www.cem.cfwb.be

Ne vous en privez pas mais sachez que, sans doute, la meilleure idée des concepteurs de cette publication est d’en avoir confié l’illustration à l’irrévérencieux Kanar qui fait dire à l’un de ses petits personnages: « Avant la pub m’influençait. Maintenant, elle m’influence toujours… Mais je le sais! ». À prendre sans doute au premier degré! Il est souvent avéré que l’éducation aux médias, lorsqu’elle est subsidié, se pratique avec diplomatie à l’égard des publicitaires et diffuseurs, et en réduisant à une portion congrue et de manière aseptisée les messages de ceux et celles qui remettent plus franchement en question notre univers audiovisuel. Le travail reste intéressant pour documenter les enseignants mais où est le pluralisme? Les infos sur le création publicitaire sont tellement détaillées que le présent ouvrage pourrait servir de manuel à des étudiants qui souhaitent devenir publicitaires eux-mêmes. Par contre, la définition de l’audimat y est fallacieuse, les effets de la pub sur les choix programmatiques des chaînes sont ignorés, la bataille pour le maintien de la « règle des cinq minutes » est omise, etc. En fin de livre, pour ceux qui y parviennent, deux pages résument enfin quelques critiques fondamentales faites à la pub… sous un titre plutôt tendancieux: « Le procès ».

Et si on résistait?

L’abondante bibliographie à plus de 90% française de ce « Comprendre la publicité » du CEM ne référence pas un petit ouvrage vendu 9 euros qui fait la part belle à ce qui se passe réellement en Belgique et qui fut pourtant publié dès septembre 2007. Nico Hirtt et Bernard Legros ont consacré près de 150 pages de ce livre « L’école et la peste publicitaire » à s’interroger sur le pourquoi et le comment de l’intrusion progressive de la publicité dans nos écoles. Ils s’attardent sur comment y résister « collectivement et individuellement ». S’agit-il de marchandiser progressivement le système éducatif public avant de le privatiser?
www.aden.be

Le Direction de l’égalité des chances vient, quant à elle, de publier une brochure gratuite d’une cinquantaine de pages illustrées par Jannin et Catherine, « Stéréotype toi-même ». Celle-ci rend accessible aux adolescents les conclusions d’une enquête réalisée auprès d’eux, en 2007, et concernant la manière dont ils intègrent ou non les clichés sexistes véhiculés par les publicités et les émissions de télévision.
www.egalite.cfwb.be

Et de la pub , il en est également question, ainsi que de la télé et de tous les autres nouveaux moyens de communication (toile du net, gsm, etc.) dans « Zap l’écran, vive la vie! », le livre du chroniqueur du Ligueur, Patrice Gilly. Un trésor pour 12 euros! Si vous êtes un de ces adultes qui n’est pas vraiment spécialisé dans l’évolution des technologies de l’information et de la communication, cet ouvrage vous ouvrira des horizons concrets et, surtout, vous permettra d’en découvrir les enjeux, les prouesses et les limites.
www.couleurlivres.be