Le Jury d’éthique publicitaire: invité quasi permanent à la RTBF!

La RTBF tient peu compte des remarques du CSA! Pour preuve: son émission dite de médiation, Médias Première, sur La Première, diffusée ce vendredi 7 décembre 2007.

Flash-back: le 26 octobre 2006, la même émission de médiation invitait déjà Mme Sépul du Jury d’éthique publicitaire (JEP) avec deux représentants de la RTBF. Les nombreux auditeurs qui prônaient une RTBF sans publicité furent même considérés, au cours de cette émission, par Mme de Thier, la coordinatrice du service de médiation de la RTBF, comme de doux rêveurs croyant au monde de Walt Disney! (voir « Le débat confisqué par la RTBF »).

Respire asbl a introduit une plainte contre cette émission auprès du CSA. Le 4 juillet 2007, le Collège d’Autorisation et de Contrôle de l’organe de régulation indique dans sa décision que « la RTBF a fait preuve de la plus grande maladresse en ne donnant la parole qu’à deux de ses employés et à un représentant d’une institution dont l’objet social est “la promotion, la valorisation et la défense de la communication publicitaire et de sa liberté, facteur d’expansion économique” et n’invitant aucune personne ou institution susceptible d’avoir un regard autre sur la publicité à la RTBF… Cette maladresse ainsi que sa survenance dans une émission qualifiée de “médiation”… constitue une rupture de la légitime confiance que le public peut fonder envers le service public de radiodiffusion… ».

Parité?

Le 7 décembre 2007, le JEP est à nouveau l’invité principal de la RTBF avec la présence de Mme Sépul (JEP) et de Mr Ducart (Test-Achats), son nouvel allié.

Cette émission qui est programmée d’habitude le dernier vendredi du mois est exceptionnellement diffusée ce 1er vendredi de décembre. Cela tombe bien, puisque le JEP (qui est, par ailleurs, un annonceur de la RTBF) réalise justement à ce moment-là une campagne de presse pour tenter de réhabiliter son image! Il essaie tous azimuths de nous faire croire que son jury chargé de traiter les plaintes des usagers sera désormais composé de manière paritaire.

Ce message est à prendre avec des pincettes (et… les infos qui suivent ne seront pas relevées dans l’émission de la RTBF). En effet, le jury de 1ère instance du JEP sera dès le 1er janvier 2008 composé de quatre membres: deux de la société civile (Test Achats et un citoyen lambda délégué par la Fondation Roi Baudouin) et deux du secteur de la publicité… Mais y aura-t-il parité quand on sait qu’il y aura, en plus, un président? Et si le verdict ne vous plait pas, vous pourrez interjeter appel mais… cela vous coûtera 100 euros (remboursable si votre démarche est déclarée fondée).

Le même a-priori!

La RTBF tire peu les leçons du rappel à l’ordre du CSA. Le 7 décembre 2007 dans Médias Première sur La Première, Mme Sépul trône à nouveau dans le studio sans réel contradicteur à ses côtés. Jean-François Ducart, le porte-parole de Test Achats, participe à l’émission. Son association vient d’intégrer le jury du JEP. Il va se permettre une phrase proche de celle reprochée à Mme de Thier dans l’émission vertement critiquée par le régulateur, une attaque gratuite, non argumentée, qui dévalorise, une fois de plus, les antipublicitaires: « …Supprimer (la pub), c’est un peu un combat d’arrière-garde ». Et ceci, sans réaction ou sous-question de la part des deux animateurs de la RTBF, Alain Gerlache et Jean-Pierre Hautier.

Ceux-ci ne porteront pas non plus la contradiction lorsque leur invitée principale affirmera à plusieurs reprises que les décisions prises par son jury sont « contraignantes », ce qui est inexact.

Pourtant, Respire avait opté pour l’interactivité proposée aux auditeurs en transmettant son témoignage aux responsables de Médias Première. Jean-Pierre Hautier n’en fera aucun résumé pour le public, lançant laconiquement à Mme Sépul: « Le JEP n’a pas que des amis… On a reçu un texte de Respire… On n’a pas honnêtement le temps de le lire: on vous le donnera ».

Alors que cette séquence dura une vingtaine de minutes, trois en seront finalement offertes en fin d’émission à Marc Moulin, présenté avec humour comme « …un auditeur pris au hasard au téléphone »! Ce bref entretien permettra à la RTBF d’affirmer qu’elle respecte ses obligations. La lettre de celles-ci, mais certainement pas l’esprit.

> Vous pouvez vous faire votre propre opinion en écoutant cette émission en poscasting sur le site de la RTBF.

> Lire le texte de Respire asbl concernant cette émission.