Nos médias (N°13 / 13 juin 2006)

La Deux: bientôt, un « Club RTL » ertébéen?

Ce lundi 19 juin à 20H00, le Petit Théâtre Mercelis propose un débat intitulé « Quelle place pour la culture à la RTBF »(1). Un pied de nez aux parlementaires de la Communauté française qui n’ont pas jugé utile de prendre en considération la demande d’être auditionnés émanant des représentants des associations de créateurs et de producteurs culturels!

Il y sera sans doute question de Bel Arte, un projet imposé par la ministre de l’audiovisuel Fadila Laanan et par le conseil d’administration de la RTBF, avant même que la négociation du prochain contrat de gestion n’ait abouti! Alors qu’il était encore nébuleux (on annonçait la diffusion quotidienne d’un programme d’une heure… aujourd’hui, réduit de moitié), son financement généreux de 2,6 millions par an était immédiatement accordé de manière complémentaire à l’octroi de la dotation.

De quoi s’agit-il? Dès le 25 septembre 2006, Bel Arte sera une nouvelle chaîne de la RTBF qui reprendra les programmes d’Arte à l’exception de la tranche située entre 20H15 et 20H45. À ce moment-là, uniquement à destination de notre territoire, sera programmé un décrochage de 26 minutes produit par la RTBF(2). L’émission se déroulera « de préférence en direct depuis un lieu public, sur la vie culturelle au sens large en Communauté française ».

Bien entendu, il y a culture et culture. Les chaînes qui souhaitent développer leur audimat pour hausser leurs tarifs publicitaires considèrent que la culture doit être traitée comme un divertissement et élargissent sa définition bien au delà de la littérature, de la musique ou des arts plastiques. C’est l’option choisie par le service public qui a lancé en toute hâte, à la fin mai, un appel à projet auquel les producteurs indépendants doivent répondre avant le 19 juin prochain(3). Le programme devra être un reflet « de ce qui bouge chez nous » dans « un esprit convivial et décontracté » et ne fera pas l’impasse sur ces modes d’expression culturel que sont la cuisine, la mode ou le design. « Ce plateau ambitionne de devenir le passage obligé de tous les créateurs en Belgique ou de passage en Belgique ».

La RTBF va-t-elle fuir sa mission culturelle exigeante pour créer un de ces talk-shows fourre-tout tant appréciés par les annonceurs? De la même manière qu’en programmant le convivial « Au quotidien » vers 18H55 sur La Une, elle a évité de mener un travail pointu d’investigation sur les politiques régionales…

Si Bel Arte s’apparente à une nouvelle chaîne ertébéenne, il y aura un « hic ». En effet, le canal Arte n’est captable que par la télédistribution(4). Or, le décret de la RTBF prévoit que la mission de service public est assurée par une offre à l’ensemble des francophones de Belgique « à des conditions respectant le principe d’égalité entre les usagers »… Faut-il déroger à ce principe essentiel pour quelques minutes de divertissements? Dès lors, n’aurait-il pas été plus logique et moins onéreux de tout simplement proposer ce nouveau programme sur La Une ou sur La Deux?

Pourquoi donc créerBel Arte si ce n’est pour progressivement éliminer la culture de La Deux? Les émissions culturelles naguère programmées sur La Une ayant, dans un premier temps, été rapatriées sur La Deux, chaîne de la culture, du sport et des enfants.

Des déclarations récentes d’Alain Gerlache et d’Yves Bigot le laissent entendre. Le premier expliquait, alors qu’il était encore directeur de la télévision: « Si le projet de Bel Arte, qui concentrerait toute la culture aujourd’hui diffusée sur La Deux, aboutit, notre deuxième chaîne pourrait devenir plus divertissante et branchée » (Vers l’Avenir, 23/02/2006). Quant au second qui a succédé à Alain Gerlache: « J’ai une petite idée sur la façon de faire évoluer La Deux. Elle doit avoir un ton décalé, plus jeune, s’adressant à un public qui ne se retrouve pas dans le contenu de La Une. Un peu comme RTL TVI l’a fait avec Club » (Vers l’Avenir, 01/04/2006).

Comment dès lors la Ministre Laanan peut-elle déclarer en toute innocence, un mois plus tard (La Libre Belgique, 05/05/2006): « Bel Arte ne videra en rien le contenu culturel de La Une et de La Deux. Ce sera un plus »?

(1) Au 13, rue Mercelis à Ixelles, avec Carine Bratzlavsky (RTBF), Hervé Brindel (Respire), Vincent Lannoo (SCAM), Claude Semal (auteur – compositeur – interprète – comédien), Jean-Pierre Van Tieghem (critique d´art), etc.
(2) Il est question que quelques soirées complémentaires soient également consacrées à la Belgique (comme cela se pratique depuis qu’Arte existe, et sans qu’il faille créer pour autant cette nouvelle chaîne).
(3) Voir www.cinergie.be
(4) À moins que la future chaîne Bel Arte ne soit diffusée en hertzien.