Remise à la ministre de la pétition pour la suppression de la pub destinée aux enfants à la RTBF

Ce mardi 25 avril quelques représentants de l’association R.A.P. (Résistance à l’Agression Publicitaire) ont remis un appel contresigné par 5279 citoyens et citoyennes, dont nombre de parents, à notre ministre de l’audiovisuel Fadila Lanaan qui les a reçu très positivement.

Récoltées en moins de trois mois sur papier (2021 signatures) et via le site internet http://5minutes.agora.eu.org (3258 signatures, nous en avons éliminé plus de deux cents pour lesquelles l’adresse postale était incomplète ), sans beaucoup de relais médiatique, ces milliers de signatures représentent bien l’appel d’une large part de la population francophone à voir la RTBF débarassée de la publicité destinée aux enfants (beaucoup demandent même la suppression totale de la pub).

Un appel auquel la Ministre ne restera pas insensible, même si, comme il en va de sa responsabilité, elle tient à entendre toutes les voix qui se font entendre sur ce dossier sensible.

Cette pétition aura aussi été l’occasion pour beaucoup de citoyens et citoyennes de faire part à la Ministre de leurs réflexions sur ce débat par le biais d’une case « commentaires » qui était disponible sur le site. Ce ne sont pas moins de 586 commentaires qui ont été compilés, imprimés et remis à la Ministre, qui s’est engagée à les lire avec attention. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns de ces commentaires (que nous republierons dans leur intégralité sur le site d’ici quelques jours). Les qualités de ceux-ci montrent bien que la grande majorité des signataires entendent parfaitement la portée des enjeux, ont une réflexion propre sur ces questions, et que celle-ci ne demande qu’à s’exprimer.

La Ministre, qui a également conscience des enjeux, a bien entendu que les signataires de la pétition demandent non seulement le maintien de la règle des 5 minutes, mais aussi la suppression de toute pub destinée aux enfants (enfants qui d’ailleurs devraient plutôt être mieux définis par le terme de « mineur » beaucoup moins équivoque). Cette demande est donc couplée avec celle de l’élaboration de programmes d’éducation aux médias, et non pas contradictoire comme le laisse entendre certains partisans de la suppression de la règle des 5 minutes. Les programmes d’éducation doivent renforcer les règles de protection et absolument pas les remplacer. Soulignons que l’étude de la FUCAM rendait compte à ce propos du rapport affectif qu’entretient l’enfant avec la pub et ce même lorsqu’il est informé des mécanismes de manipulation.

La Ministre s’est montrée attentive aux réflexions suivantes: « Si les annonceurs réclament la suppression de la règle des 5 minutes et sont prêts à investir un million d’euros dans ce créneau là (ce chiffre a encore été avalisé par Jean-Paul Philippot lui-même, hier, au cours de « Rencontre publique sur la publicité télévisée » qui s’est tenue à Bruxelles), c’est bien parce que l’opération est très rentable. Il est donc assez curieux d’entendre les mêmes qualifier cette règle de « gadget » ou de « mesure symbolique inefficace ». Ou: « Le problème soulevé avec la publicité concerne moins les appels à consommer un produit que les valeurs véhiculées par la publicité en général « . Ou encore: « L’argument que plus un enfant est exposé à la publicité plus il en comprend les mécanismes est une rhétorique de publicitaire. Le matraquage n’a pas de vertu éducative. » Ou enfin: « Puisque les opposants à la règle ironisaient sur l’étroitesse de champ d’application à notre seul service public, ne faudrait-il pas rendre cette mesure également obligatoire pour nos chaînes privées( BeTV, AB3, AB4… Et RTL TVI, lorsqu’elle serait de retour au bercail après son excursion grand-ducale) et ne faudrait-il pas promotionner cette pratique auprès des autres pays européens, dont la France qui est actuellement en recherche de mesures pouvant pallier à l’accroissement de l’obésité des jeunes ».

La Ministre a noté que le texte actuel de la règle des cinq minutes n’est pas assez clair et qu’en cas de maintien, il s’agit d’être, comme pour dans toutes les autres thématiques abordées par le futur contrat de gestion, le plus précis possible dans l’écriture, ceci étant une « manie » de son passé de juriste!

Qu’a répondu Fadila Lanaan quant à sa position à propos du maintien de la règle et de la suppression de toute pub destinée aux enfants à la RTBF?

Dans un souci de recherche des solutions les plus efficaces et les mieux adaptées, la Ministre a chargé la Fucam de réaliser un complément à l’étude déjà publiée afin de mieux cerner quelles sont les mesures de protection et de programmes d’éducation à mettre en œuvre au niveau de la publicité destinée aux enfants. Les conclusions de cette étude universitaire ne devraient cependant pas être disponibles avant le mois de décembre.

Pour le reste, la ministre a assuré que le mouvement concrétisé par cette pétition, loin d’être inutile, sera bien pris en compte dans les négociations prochaines autour du contrat de gestion de la RTBF.

Commentaires transmis par les signataires, extraits:

– Cédric (Estampuis): « Je propose la règle des 15 minutes! Laissons les enfants en dehors de l’influence de la connerie adulte et ministérielle. »

– Vincent (Bruxelles): « Profitez-en pour ramener les spots publicitaires radio à une fréquence décente. »

– François (Bxl): « Gardez le cap! »

– Bruno (Liège): « Déjà que les programmes sont d’une tristesse et d’un misérabilisme affligeant, si en plus on met de la pub. C’est vraiment nous transformer en moutons auto-tondants… »

– Liliane (Bxl): « faut-il vraiement enseigner aux enfants l’art d’acheter?bien sur que je refuse cette publicité qui est faite auprès du jeune public! »

– Colette (Seraing): « L’abrutissement de la population commence au berceau, pitié pour nos enfants et petits-enfants! »

– Benoit (Bxl): « Que la RTBF utilise les enfants comme « cibles » publicitaires n’est pas digne d’un service public! »

– Yves (Bxl): « Parce que le rôle de la télévision et des médias devrait être de nous rendre MOINS cons. »

– Hardouin (Asnières): « Mille merci pour votre action »

– Daniel (Ixelles): « La publicité ne nuit pas qu’au moral, et à la morale, des enfants mais aussi à celle de chacun. Pire, elle nuit à la santé, chaque « spots » publicitaire nuit par invasion de la conscience. Ces intrusions devraient être interdites sur TOUS les supports de services publics. Je ne suis pas contre toutes publicités – il s’en faut de beaucoup! – mais l’accès à la publicité devrait faire l’objet d’une démarche volontaire et non pas invasive ceci interdirait, par exemple, toute publicité commerciale sur les ondes radios et TV de service public. Merci d’y réfléchir. »

– Jorge (Lot): « La télé c’est le nouvel opium du peuple. En tant qu’enseignant, je suis stupéfait face à l’amorphisme de mes élèves qui me regardent parfois comme s’ils étaient devant la télé. Leur cerveau est saturé d’images publicitaires. Leur esprit critique n’arrive pas à se développer. Ils deviennent des poissons pour le chat…Supprimons toute pub dans nos chaînes télés et radios publiques. Chaque minute que nos enfants passent devant la TV à se pourrir le cerveau est une minute de trop. »

– Cédric (Hal): « Je bouche mes yeux, je cache mes oreilles et je r’garde pas! beueueueueueueueuh… »

– Constantin (Bxl): « Il ne faut pas faire les hypocrites et pratiquer la langue de bois, nous savons que la publicité engendre des millions de francs d’investissement entre les études de marché sur les consommateurs, la réalisation des supports et messages publicitaires et leur diffusion. Si des gens sont prêts à dépenser tellement d’argent ce n’est pas un hasard. La publicité n’est pas innocente et inoffensive. Donner nos enfants à ce commerce est indigne d’un pouvoir public et surtout de la part d’un ministre de gauche, fut-elle une ministre! »

– Gérard (Namur): « En tant qu’ancien journaliste de la RTBF, j’ai vécu l’introduction de la publicité à la RTBF et les effets pervers que celle-ci a infligé à notre radio-télévision de service public: course à l’audimat, réduction ou disparition des émissions de fond à caractère de service au public, baisse générale de qualité, censure, « remodelage » continu des émissions en fonction des recettes publicitaires, réduction de la « dotation » (Robert Wangermée, alors administrateur général de la RTBF, avait assuré que la publicité compléterait la dotation, c’est l’inverse qui s’est produit) et effets désastreux de la publicité sur le public usager. Aussi bien les enfants que les adultes. »

– Yannick (Bxl): « Le service public n’a pas à être au service du privé! »

– Nicolas (Bxl): «  »La pub? Bêêê » C’est ce qu’il chante à ma fille depuis qu’elle connaît le bonhomme. Il aura l’air de quoi alors, hein? Et elle, que pensera-t-elle de lui, ce traîte, cette chiffe-molle dont on répétait la ritournelle en famille? Non, franchement, l’idée de voir un jour Bla-Bla vendre des hamburgers ne nous plaît pas, même s’il y a un cadeau avec. Merci ben m’dame F.L. d’vot attention »

– Antoine (Bxl): « Je trouve désolant de devoir se mobiliser pour protéger les enfants, mais les intérêts fondamentaux des citoyens sont de plus en plus foulés aux pieds. Sûr que d’ici peu de temps une pétition sera lancée contre le sauçissonnage des programmes pour enfants par la pub. »

– Bertrand (Bxl): « De la pub pour les petits? Ben tiens, tant qu’à rendre le service public de plus en plus éloigné de ses missions citoyennes, amenons des sponsors au JT, ou remplaçons les émissions de « vrai » service public par une heure de pub non stop! Matière Grise? Télé tourisme? Jardins & Loisirs? Le jardin extraordinaire? Pfeu, ce n’est rien par rapport à des écus! »

– Alexandre (Liège): « Ce n’est pas le facteur humain qui introduit l’irrationalité dans l’économie de marché, c’est le contraire. »

– Bernard (Andenne): « Une télé sans pub a un prix. Le prix d’une certaine démocratie. Il faut se la payer pour éviter de se faire dicter nos lois par la pub! Autrement dit: Vive RTL! …pour peu qu’un vrai service public sans pub existe aussi!! A part cela, bonjour à tous et toutes!! »

– Béatrice (Bxl): « Une signature, un espoir, pour une « vraie » télé au service du public et pas au service du fric »

– Marc (Bxl) « La publicité est une manière pour des sociétés ou lobbys, non-représentatifs des citoyens, de prendre la parole. Dans les faits, elle est donc essentiellement anti-démocratique car elle envahi l’espace de parole et empèche les discussions et les constructions collectives de projets pour notre société. C’est mon avis et je vous en fait part, Marc »

– Emmanuel (Bxl): « Il est regrettable qu’il ne soit pas encore question dans cette pétition de prendre de plus amples mesures de restriction sur l’ensemble de la diffusion de publicités sur les chaines télé ET radio de la RTBF. Cependant la suppression de ces publicités destinées aux enfants est déjà un excellant DEBUT, car essentiel au bon développement de leur esprit critique. Je signe et soutiens donc cette pétition de tout coeur. Un très grand merci à tous ceux qui ont permis la mise en place de cette pétition, permettant ainsi au citoyens de s’exprimer quant à l’avenir de leur « service public » de télé et radio diffusion. »

– Antonine (Vleezenbeek): « Nous vivions mieux avant la pub sous toutes ses formes! Cela donne peut-être du travail à certains mais met beaucoup d’autres êtres humains sur la paille! La question est de savoir: jusqu’où pouvons nous aller de la sorte? Nos enfants sont propulsés dans un monde où toutes les valeurs fondamentales ont été faussées par la pub, leur façon de raisonner est tellement en décalage avec les générations précédentes que l’incompréhension presque totale mène vers des comportements violents, agressifs. L’ndividu qui satisfait ses besoins ici et maintenant est celui qui sait vivre et pour correspondre à cette image il faut avoir un comportement qui ne tient compte d’aucune valeur essentielle c’est à dire: le respect de l’autre, la compassion, la générosité, l’amour aussi, le sens des responsabilités quant au bonheur de ceux qui font partie de notre vie… Bref, la pub contribue largement à la décadence de notre civilisation car notre monde s’il est fort en technologie il est en grande perte de vitesse au niveau de sa philosophie de vie. Sans les valeurs essentielles la technologie sera utilisée pour détruire les êtres humains et le processus est largement entammé!! pouvons nous revenir en arrière? qui aura le courage, parmi les responsables, d’arrêter cette course infernale, oubliant son profit personnel et empêchant ses collaborateurs de dire à l’unisson: « après moi les mouches »? »

– André (Weezenbeek): « La pub? C’est un crime contre l’intelligence. »

– Josephine (Rixensart): « ma fille de 4 ans chante\avec kandoo c’est moi qui fait tout\ » lorsqu’elle apercoit leurs serviettes au magasin. Elle est à un age ou elle veut tout faire d’elle meme, je trouve scandaleux de viser des enfants qui sont incapables de comprendre la manipulation des pubs alors que nous meme avons deja du mal à ne pas ceder aux tentations d’une societe de plus en plus consommatrice. je ne veux pas que mes enfants entrent dans un monde de plus en plus superficiel. »

– Marc (Bxl): « Extrait d’une réponse que m’a faite en 1999 l’Administrateur Général de l’époque, à propos des coupures publicitaires qui avaient commencé à apparaître dans les feuilletons américains: « Laissez-nous le crédit de la bonne foi, lorsque nous affirmons que les insertions publicitaires seront limitées aux espaces réservés à cet effet, et que nous avons la volonté de nous tenir à ces règles » (imposées par le contrat de gestion). Où en est-on aujourd’hui?.. L’envahissement publicitaire est une gangrène qui s’insinue dans tous les espaces de la vie pour les transformer en espaces commerciaux. Pour que s’ouvrent nos cerveaux à Coca-Cola, rien de tel que de commencer dès l’enfance! »

– Christophe (Namur): « Fadila, resaisis-toi! Remets des médailles à tour de bras, Mais ne touche pas à notre Bla Bla…On compte sur toi. »

– Pierre (Ferrières): « Marre des pubs débiles. Marre des pubs de savonettes. Marre des pubs traduites du Patagon. Une Pub me fait toujours éviter les produits vantés! »

– Benoît (Mons): « J’ai commencé des études en pub. Conclusion: Publicité = royaume du mensonge et de l’arnaque. Elle devrait être interdite dans les espaces publiques, mais se cantonner dans les magasins et revues spécialisées. »

– Axel (Uccle): « Je travaille dans un cinema où nous avons délibérément supprimé la publicité avant les films pour enfants pour les mêmes raisons. Il est donc naturel que je soutienne à 100 % cette initiative. »

– Fabien (Bxl): « Si la pub avait moins de place, la Communauté française aurait moins à dépenser en campagne de sensibilisation sur la nutrition, la santé,… Au bout du compte, ce sont les boîtes de communication qui gagnent à tous les coups. »

– Thierry (Bxl): « L’ennui des publivores… (déclamation langoureuse) L’ennui des publivores – c’est qu’ils nous bouffent l’espace – c’est qu’ils nous placent l’esbroufe – en face des trous – ces trous dont nous avons tant besoin – pour apercevoir un peu plus loin – nos invisibles et vrais besoins »

– Arthur (Casteau): « moi arthur 11 ans regarde les desins animés sur la 2, et je trouve que c’est tres bien comme ça(je veux dire sans pub 5 minutes avant)je trouve qu’on ne devrait pas mettre de pub car les plus petits enfants qui regarde les dessins animes serons deja obstiné a la pub et acheteront nimporte quoi et goberont tous les trucs de la television sans se soucier que certaine chose ne marche pas du tout comme dans la pub. »

– Brigitte (Liège): « J’ai l’impression que cela ne servira à rien, tant la pression financière est forte à la RTBF. Mais la pub est tellement débile! Si on pouvait la limiter, quel luxe, calme et volupté ce serait… »

– Gérard (Malonne): « Pas de pub. Pas de pub, du tout. Et encore moins que pas du tout pour les enfants. Ceux qui ne peuvent pas se le payer, où iront-ils chercher un MP3? »

– Etc…
Les 1855 commentaires bientôt au complet en ligne sur http://5minutes.agora.eu.org et sur http://www.antipub.be.

Résistance à l’Agression Publicitaire – Belgique (R.A.P.)
www.antipub.be
Bruxelles: rap@antipub.be
Tél.: +32(0)472.62.38.41
Liège: rap-liege@antipub.be