Plainte transmise par un téléspectateur au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel qui concerne un cas de publicité clandestine dans la nouvelle émission « jeunes » de La Deux (RTBF).

Madame la Présidente,

Dans l’émission « La Deuj » diffusée par La Deux ce jeudi 29 avril, l’on a pu voir une séquence de bricolage destinée aux enfants, présentée par une animatrice portant un T-shirt sur lequel figure son surnom, « Marie Ficelle », caligraphié de manière analogue au nom d’un magasin de bricolage qui n’est autre que… « Marie Ficelle », situé au 63 de la rue du Relais à 1050 Bruxelles.

La séquence est manifestement tournée dans ce magasin, fait référence à des produits qui y sont vendus, et les produits utilisés sont décrits par l’animatrice comme « pas chers » (sic)!

Sur le site de ce magasin (www.marieficelle.be), on y apprend que l’animatrice de cette séquence (de son vrai nom Astrid) fait partie du personnel: « Quant à Astrid, elle gère nos stocks et notre secrétariat et présente les émissions de bricolage Marie Ficelle sur La Deuj ».

Toujours sur ce site, on fait directement référence à une émission POUR ENFANTS: « Retrouve tous les jours vers 16H45 le bricolage Marie Ficelle dans la nouvelle émission pour les enfants « La Deuj » (RTBF La deux) »!

Mais le comble est atteint avec ce qui suit dans la section « Enfants-Deuj » du même site: « S’il te manque quelques matériels pour réaliser ces bricolages, demande à tes parents de les acheter chez Marie Ficelle, magasin super sympa de bricolage…! ».

Magasin: n.m. Établissement de commerce où l’on conserve, expose des marchandises en vue de les vendre (Le Petit Robert).

Il ne fait aucun doute que « Marie Ficelle » est bien une activité commerciale (vente de produits destinés au bricolage et loisirs créatifs).

Est-il dès lors normal de la part de la RTBF de présenter une telle séquence, qui plus est au sein d’une émission destinée aux enfants? Il me semble qu’il s’agit ici clairement d’une séquence de publicité clandestine faisant volontairement la promotion d’un magasin dont le nom est à plusieurs reprises énoncé (surnom de l’animatrice, titre de la séquence, nom imprimé sur le T-shirt de l’animatrice, tournage dans le décor du magasin, présentation de produits « maison », etc.).

Certe, l’adresse du magasin n’est pas annoncée sur antenne, mais la RTBF, tel Le Petit Pousset, indique le chemin en jetant ses cailloux: l’émission invite les enfants à retrouver les « fiches Marie Ficelle » sur le site « www.ladeuj.be » de la RTBF. Là, les enfants sont renvoyés vers le site du magasin… où l’adresse de ce dernier est bien entendu renseigné!

Le décret du 27 février 2003 sur la radiodiffusion exige que la communication publicitaire doit être aisément identifiable comme telle (titre 1, chapitre 3, article 14). Il prévoit également que la publicité ne peut être insérée dans les programmes pour enfants (titre 2, chapitre 3, article 18).

Considérant que les enfants font partie d’un public pour lequel une vigileance toute particulière se doit d’être observée, j’espère que le CSA sera en mesure de mettre fin dans les plus brefs délais à cette pratique qui se poursuit jour après jour dans l’émission « La Deuj » de la RTBF.

Je vous prie de croire, Chère Madame, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Benoit Goossens