N°65 | Quelle surprise pour ce soir?

Le Ligueur du 14 avril 2004

Ici, ce ne sont pas les tickets dont personne ne veut que l’on brade!

Depuis six mois, « la culture à 50% » fait vraiment recette dans l’entrée de l’ancien Théâtre du Vaudeville, au 13-15, Galerie de la Reine à Bruxelles.

C’est l’inverse de la réservation de plus en plus tôt des tickets de concerts ou d’expositions à prix plein! Ici, c’est moitié prix à condition de vous décider pour les spectacles du jour même, du mardi au samedi, de 12H30 à 16H30.

Le prix pratiqué est la moitié du prix officiel plus un euro. Les places les moins chères pour plus ou moins 5 euros!

Arsène 50, l’organisateur de ce nouveau type de vente, ne gagne d’ailleurs que la piécette d’un euro. « C’est une activité vraiment culturelle et non commerciale. Nous n’avons aucun intérêt à vendre des milliers de places! La Fondation des Arts qui gère ce service est subsidiée par le Ministère bruxellois de la culture et du tourisme » nous explique Anne Leroy, la jeune « hôtesse » qui ne se contente pas de vendre les tickets mais prospecte également pour trouver davantage de partenaires prêts à participer à cette initiative. En quelques mois, on est passé de 54 à 68 institutions qui acceptent que leurs places soient ainsi diffusées. Du Comiqu’Art au Palais des Beaux-Arts, en passant par l’ADAC, les Halles de Schaerbeek, La Ligue d’Impro et la plupart des théâtres.

En temps réel sur internet

Le système est différent de celui pratiqué à Paris où seules, les places de première catégorie sont proposées(1). À Bruxelles, les salles s’engagent à céder quotidiennement plusieurs places de différentes catégories de prix, même pour des spectacles à succès: « La Monnaie nous propose 3 ou 4 catégories de places, de 20 à 150 euros prix plein. Le Théâtre 140 qui n’est pas une très grande salle nous a réservé six places pour un concert unique de Jacques Higelin. Certaines exceptions sont justifiées: le même théâtre n’a pas pu nous servir lorsqu’il a dû rassembler en dernière minute en une seule soirée le public qui avait réservé normalement ses places pour deux concerts de Christophe! ».

L’attrait de la formule n’est pas uniquement financier. Le public peut s’offrir le jour même de leur représentation des spectacles à bureau fermé. Une dame a même commencé la file à 9H30 pour être certaine de pouvoir acheter une place d’un spectacle complet depuis près de 4 mois au Centre Culturel d’Auderghem: « Oscar et la dame rose » avec Danielle Darrieux, « Molière 2003 ». Anne Leroy conseille pour les spectacles prisés que le public arrive au moins une heure avant l’ouverture. Elle est obligée de commencer la vente à 12H30 précises car l’évolution des places disponibles est montrée en temps réel sur www.arsene50.be et certains clients fidèles s’enquièrent en dernière minute des choix encore possibles. Dès 18H, la liste exhaustive des places disponibles le lendemain est affichée. Les prévisions de la semaine à venir sont publiées dans l’agenda gratuit et trilingue (français, flamand et anglais) de « Brussel Deze Week » ainsi que dans le supplément « La Tribune de Bruxelles » encarté dans La Libre Belgique (chaque jeudi) et La Dernière Heure (chaque vendredi).

Sortie en famille non ruineuse!

Si la dernière place convoitée est vendue à la personne qui vous précède, vous serez vite consolé car Arsène 50 vous dévoilera son véritable charme: la pêche aux spectacles peu médiatisés! Des dépliants de présentation des autres activités encore en course sont à votre disposition et Anne Leroy est une ardente conseillère: elle se fait un devoir et un plaisir de passer ses soirées au spectacle pour découvrir par elle-même les différentes offres qu’elle propose. Le charme de la file, c’est qu’elle et d’autres clients y ont l’habitude d’échanger à haute voix leurs commentaires sur les programmes à l’affiche.

Peu de spectacles spécifiques pour les enfants sont proposés car il est difficile de pratiquer 50% sur leur prix souvent déjà réduit. Par contre, Arsène rend moins onéreuses les sorties en famille.

L’avenir? Que de nouveaux organisateurs se laissent tenter: le Bota ou des festivals comme Anima. Il est probable que cet été un second comptoir s’ouvrira à « Flagey ».

(1) Deux kiosques ouverts du mardi au samedi de 12H30 à 20H et le dimanche, jusqu’à 16H, au 15, place de la Madeleine et face à la gare Montparnasse. Site: www.kiosquetheatre.com