Exclusif pour Consoloisirs.be

Un parc fou fou fou!

Il y a une trentaine d’années, une autoroute a failli relier Zaventhem au World Trade Center, en plein centre de Bruxelles! Ce tracé aurait longé notamment l’un des plus beaux espaces verts de Schaerbeek, le Parc Josaphat.

Ces études furent finalement rangées aux oubliettes. Quelques habitants des quartiers concernés s’y opposèrent et diffusèrent les plans de ce projet de saccage urbanistique au cours d’happenings théâtraux et musicaux filmés par une équipe de « Ce pays est à vous » de la RTB (sans F à l’époque). Les façades des maisons de la Cage aux Ours furent repeintes en ciel bleu avec nuages. Les acteurs du « Ridiculous from New-York » paradèrent en camions dans les rues sans leurs énaurmes phallus en papier mâché confisqués par le Parquet descendu sur la scène du Théâtre 140 où ils avaient osé les arborer. Et puis, il y eut surtout le Parc Josaphat rendu fou pendant une dizaine de jours durant le printemps 1971.

À l’époque, les arts de la rue et le théâtre d’action n’existaient pas encore. Dans l’espace public, c’était surtout les carnavals ou les majorettes qui avaient droit de cité.

Le document de 53 minutes en (très beau) noir et blanc que la RTBF programme sur La Deux dans sa case « Archives », ce samedi 3 janvier 2004 vers 22H et le lendemain vers 13H, a une valeur toute particulière car il nous permet de retrouver (aucun livre n’a été écrit sur ce sujet) un événement culturel majeur qui présente de manière fugace et ludique une alliance réussie entre loisirs, cultures et citoyenneté.

Un mini-tronçon

Même le célèbre hebdomadaire américain « Newsweek » consacrera un reportage au « bain de jouvence », au « nouvel esprit » de Schaerbeek. Son auteur, Steve Saler, avait interviewé Denise Bossearts, 50 ans, secrétaire de la section locale de La Ligue des Familles Nombreuse et des Jeunes Foyers. Elle était résolument pour ces festivités: « En Belgique, tout ce qui est nouveau est critiqué ». En effet, les festivités ne firent pas que des heureux car le Parc Josaphat, qui fêtera en 2004 son centenaire, était alors « un petit bijoux fréquenté par la bourgeoisie », nous explique Alain de Wasseige, le coordinateur de l’Algol, un collectif artistique qui coordonna cette action « Parc Fou »: « Ce sera un concentré d’humour, de critique artistique et d’analyse du Pouvoir. On retrouvera plus tard une énergie analogue au Cirque Divers de Liège. Probablement qu’aujourd’hui, on n’aurait plus l’audace de faire tout cela! ».

Sur les pelouses où il est interdit de marcher, une trentaine de couvertures sont déposées, surmontées de panneaux où il est indiqué « Prière de s’étendre ». Les étangs boueux sont métamorphosés en piscine olympique. Une scène de pique-nique digne de Jacques Tati est joué à deux pas de La Laiterie qui affiche « Pour le standing de l’établissement, le pique-nique est interdit ». Entre les parterres de roses, de nombreux chanteurs s’expriment, dont le tout jeune Jacques Higelin! Et puis, il y aura ce mini-tronçon d’autoroute en béton construit devant le kiosque à musique. Cette édification permettra de divulguer aux passants le tracé des rues menacées par le projet autoroutier. Formé devant l’Hôtel de ville, un cortège composé d’un faux-bourgmestre, d’un faux cardinal et d’une vraie fanfare sillonnera les artères principales pour aller inaugurer le mini tronçon d’autoroute et permettre, ensuite, aux passants de le détruire à la masse.

fausseautoroute
Faux tronçon d’autoroute dans le Parc Josaphat.

Les commentaires de Guy Lejeune et de Christian Huart restent d’une brûlante actualité lorsqu’ils se demandent « …si, une fois de plus, une politique de transports en commun bien comprise ne permettrait-elle pas de résoudre le problème ».

Les culturels communiquent

Vous avez envie de savoir ce qu’est devenu le faux bourgmestre de ce « Parc Fou » qui sera interviewé par Elodie de Sélys lors de la présentation de ce document? Alain de Wasseige demeure encore actuellement un précurseur de l’action culturelle. On lui doit notamment « Communauté Bruxelles-Wallonie: Quelle politique culturelle? », une somme de 460 pages qui propose à la fin de chacun de ses chapitres des pistes d’évolutions(1). Il dirige le Service de formation des cadres culturels de la Communauté française qui organise de très nombreuses formations: de la nouvelle loi sur les asbl au… multimédia dans la régie de spectacle et d’exposition!(2) En projet pour le 27 avril à Dampremy: une journée sur la manière dont les organismes culturels communiquent: affiches, folders, sites, événements, etc.(3). Enfin, il consacre une partie de ses loisirs à l’animation de sa galerie artistique, « La Papeterie »(4).

fauxbourgmestre
Alain de Waseige, le faux bourgmestre, inaugure la faux tronçon d’autoroute.

Bernard Hennebert
bernard.hennebert@consoloisirs.be

(1) Paru chez Quorum. 15 euros. Pour se le procurer, tél.: 02/413.25.40, e-mail: culture.formation@cfwb.be
(2) Une brochure de 180 pages présente ces formations. Contact: 02/413.24.71. Site: www.cfwb.be/fcc
(3) Paf: 25 euros. Même coordonnées qu’au point (2).
(4) 2, rue Cluysenaar à 1060 Bruxelles. 02/534.03.43.