N°45 | RTBF: des invités interrompus par la publicité?

Le Ligueur du 8 octobre 2003

Depuis une dizaine d’années, dans « Matin Première » vers 07H56, le journaliste ou l’invité se fait régulièrement interrompre par une avalanche de spots publicitaires sur La Première, l’une des chaînes radio de la RTBF.

C’est à cette thématique que l’émission de médiation « Qu’en dites-vous? » du 1er mars dernier a été consacrée: parce qu’elle « irrite tout particulièrement le public » avait expliqué son animateur, Jean-Jacques Jespers.

Cette suprématie de la publicité sur les émissions peut éclater à tout moment. Gabrielle Stéfanski en a aussi fait les frais, quelques minutes avant 19H, à la fin de son « Si l’on parlait d’amour », toujours sur La Première, ce 6 septembre mais c’est l’entretien politique de 7H40 animé par Jean-Pierre Jacqmain qui est frappé le plus souvent. Ce dernier minimise les dégâts: « Dans le cas de l’invité de Matin Première, je pense que cela arrive une fois par an » affirma-t-il dans l’émission de J.J.Jespers. Depuis, furent interrompus successivement, les 11 juin, 25 août et 1er septembre: Karel Vinck, Louis Michel (le Ministre avait déjà subi un sort analogue, six mois plus tôt)… et Jean-Pierre Jacqmain ainsi que des enseignants du fondamental. Le problème est donc récurrent et les fruits de la médiation, jusqu’à présent, peu convaincants.

Dès aujourd’hui?

En fait, la RTBF a opté pour un système automatique d’injonction publicitaire, le « Guépard ». Aujourd’hui, rebaptisé « Panda », cette machine diabolique continue à sévir! Elle symbolise la priorité des intérêts publicitaires sur le travail d’information du Service public. Eric Nossent, l’auditeur invité sur le plateau de « Qu’en Dites-Vous? » le ressentait ainsi: « Que la RMB(1) et les annonceurs puissent obtenir, au sein de la RTBF, la certitude d’une priorité technique – et, par là, d’une priorité de pouvoir – me laisse pantois. Dans tous les cas de figure, c’est le journaliste qui sera coupé, jamais la publicité ». Claude Delacroix qui, à l’époque, dirigeait les radios publiques, confirma cet état de fait: « Oui, nous sommes soumis à la machine ». En guise de solution, il reprit une proposition émanant d’autres auditeurs: que l’interview de « Matin Première » se termine un peu plus tôt, ponctuée par un tempo musical, « …Ce qui permettra au public de mieux appréhender ce que l’interviewé a dit d’intéressant ». Quand pourrait être mise en place cette solution? « C’est une évidence que nous devrions mettre en vigueur dès aujourd’hui » avait-il conclu.

Voilà donc la médiation dans toute sa splendeur! Le public stigmatise un problème et propose une solution aisément concrétisable. La direction de la RTBF fait sienne celle-ci immédiatement. Hélas, les actes ne suivent pas. Il nous restait donc à interpeller Pol Jacquemart, le nouveau Président du conseil d’administration. Dans un courrier daté du 10 septembre, celui-ci reconnaît que  » Ces coupures intempestives sont désagréables pour l’auditeur » mais il n’a pas apparemment l’intention de faire sommeiller le « Panda » pour autant! Il pense que le système mis en place peut fort bien fonctionner « …ce qui est d’ailleurs le cas le plus souvent » et il nous annonce qu’il interrogera les responsables afin de voir dans quelle mesure cette procédure peut être améliorée: « …Je ne manquerai pas de vous en informer ».

Médiation plutôt que mur de lamentation

Jean-Jacques Jespers ayant quitté la RTBF pour une chaire à l’ULB, l’émission de médiation – que le contrat de gestion oblige le Service public à proposer régulièrement aux téléspectateurs – a été interrompue en juin. Jean-Pierre Gallet doit assurer la succession mais la reprise se fait attendre(2). Nous avons interrogé Mr Jacquemart: « Souhaitez-vous que la nouvelle émission qui va se mettre en place fasse un réel travail de médiation avec le public, assure à l’antenne un suivi des dossiers ouverts lors d’émissions précédentes et ait comme priorité l’application concrète et rapide de conclusions proposées en fin de séquence? ». Le Président nous assure qu’il sera très attentif à ce que la nouvelle émission « …remplisse parfaitement l’objectif de service public qui est imposé à la RTBF ». Dès que la réflexion actuellement en cours aura abouti, il s’engage à nous informer des options qui auront été prises.

(1) La régie publicitaire de la RTBF.
(2) Sur France2, « L’Hebdo du Médiateur » a également changé de titulaire après deux saisons mais le nouvel animateur était opérationnel dès le début du mois de septembre suivant.