Plainte auprès du CSA pour nouvelle non-réponse au courrier par la RTBF

Le 26 août 2003

À l’attention de Mr Henri Benkoski,
Secrétaire d’Instruction du CSA.

Monsieur le Secrétaire d’Instruction du CSA,

Cette sixième plainte concernant la RTBF est double.

  1. Vous trouverez ci-dessous copie du texte du mail que j’ai envoyé le 5 juillet 2003 à 15H04 à dirtv@rtbf.be, l’adresse de Mr Alain Gerlache, Directeur de la télévision (RTBF).

    À ce jour, je n’ai reçu aucune réponse, ce qui vous indique que même la direction de la RTBF n’applique pas les obligations du contrat de gestion.

    Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que je constate ce fait.

    Cet exemple confirme donc le contenu d’une plainte précédente que vous traitez actuellement.

    Ce jour, j’envoie un rappel à Mr Gerlache. Je m’engage à vous envoyer copie de sa réponse que j’espère circonstanciée dès qu’elle me parviendra.

  2. Cette plainte fait le suivi d’une séquence de l’émission de médiation « Qu’en Dites-Vous? » du 14 septembre 2002.

    Le terme médiation a un sens qui doit être respecté.

    Le contrat de gestion n’a pas prévu un simple bureau de plainte sans suivi où le public émettrait des critiques et la RTBF n’en aurait cure. Bien entendu, médiation veut dire « entremise destinée à mettre d’accord, à concilier ».

    Vous constaterez que depuis près d’un an aucune médiation n’a été entreprise sur le cas présenté par Mr Déom et ma lettre qui tente de proposer une solution réaliste reste, jusqu’à présent, sans réponse.

    Il me semble utile que le CSA s’interroge sur la manière dont la RTBF s’acquitte de son obligation de médiation.

    Pour rappel, dès ce mois de septembre 2003, il n’y aura plus, pour un certain temps, d’émissions de médiation en télévision. Une nouvelle fois, le contrat de gestion ne sera donc pas appliqué pendant un certain nombre de semaines. Plus de 100.000 téléspectateurs (la dernière de « Qu’en Dites-Vous? a atteint près de 110.000 téléspectateurs) seront-ils longtemps « orphelins »? Pas bon pour la suite du travail de fidélisation entrepris pendant deux ans par Jean-Jacques Jespers…

    Pour rappel, sur France 2, lorsque, également après 2 ans d’activités, « L’Hebdo du Médiateur » a changé de titulaire, la troisième saison a démarré dès le mois de septembre suivant.

    J’ose espérer que le nouveau projet en préparation sera une véritable émission de médiation (ce qui n’a rien à voir avec une émission d’éducation aux médias ou une émission présentant l’actualité des médias).

Je vous prie de croire en l’expression de mes sentiments les plus cordiaux.

Bernard Hennebert
bernard.hennebert@consoloisirs.be


Annexe: le courrier adressé à Mr Gerlache

À l’attention de Mr Alain Gerlache
Le 5 juillet 2003,

Monsieur le Directeur de la Télévision,

Je vous écris la présente au moment où vous préparez la rentrée de septembre 2003.

Vous devrez sans doute faire évoluer le dispositif en ce qui concerne les séquences qui commentent la sortie des films en salle puisque Philippe Reynaert a annoncé qu’il ne poursuivrait plus sa collaboration.

Votre émission de médiation « Qu’en Dites-Vous? » du 14 septembre 2002 permettait un jeune cinéphile, Mr Arnaud Déom de Waterloo, de s’exprimer sur l’évolution des émissions « cinéma » sur les chaînes de télévision de la RTBF.

Au cours de cette émission, une lettre de Mme Christelle Lacour, une téléspectatrice de Charleroi, fut citée: « Télécinéma donnait une vision critique et drôle des sorties les plus diverses, les grosses productions comme les films moins connus ou à plus petit budget ».

Gérard Lovérius, votre prédécesseur, affirma que « commenter les sorties de films » était une fonction de la RTBF.

Au niveau des émissions pour adultes, Mr Lovérius a déclaré que « …La critique proprement dite, nous avons pensé qu’elle serait mieux placée dans le JT de la mi-journée du mercredi avec une audience six fois supérieure que celle de Télécinéma ».

Ainsi, contrairement à son successeur, vous-même (selon la déclaration que vous m’avez faite récemment lors de la dernière émission de Jespers), Mr Lovérius limite sa réfexion à l’audimat.

Mr Arnaud Déom, le téléspectateur de l’émission du 14 septembre, a réagi en affirmant qu’il ne pourrait pas suivre les rubriques de Philippe Reynaert du mercredi midi puisqu’il était étudiant. Il fit remarquer que de nombreux téléspectateurs qui sont des assidus des salles de cinéma sont dans son cas. Il est vrai que ces salles attirent un public principalement jeune et actif qui, le plus souvent, le midi, étudie ou travaille. À quoi bon donc toucher six fois plus de téléspectateurs si les consommateurs concernés par les sorties en salles ne sont pas devant leur petit écran?

Mr Démo constatait aussi que l’on était passé, au niveau du travail critique, d’une émission Télécinéma hebdomadaire de 3/4H à une séquence hebdomadaire de quelques minutes dans le JT de la mi-journée.

Malgré le fait qu’il en avait le temps et la possibilité, Mr Lovérius n’a pas remis en question cet argumentaire.

Ce problème précis posé par le téléspectateur n’a pas été l’objet d’une médiation, ni dans cette émission, ni dans l’émission de « bilan », quelques semaines plus tard, de « Qu’en Dites-Vous? » la maigrichonne (12 minutes seulement contre une bonne vingtaine de minutes pour sa consoeur de France 2, L’Hebdo du Médiateur).

Aucune réponse n’a donc été apportée. Médiation, on disait?

Moi-même, j’ai écrit à Messieurs Lovérius, Directeur de la télévision, et Michel Kohnen, Rédacteur en chef du JT, pour proposer une solution: ne pourrait-on pas déplacer la séquence de Mr Reynaert et la diffuser dans le JT de 19H30. Elle pourrait remplacer une autre séquence de présentation de film qui n’est pas critique et qui, donc, n’a pas vraiment sa place dans le JT et fait double emploi avec les autres émissions consacrées au cinéma. Dans ce cas de figure, le public qui fréquente les salles aurait davantage la possibilité de découvrir un point de vue critique hebdomadaire.

Messieurs Lovérius et Kohnen m’ont répondu sèchement, de manière non circonstanciée (c’est-à-dire sans contre-argumentation), non.

VOICI DONC MA QUESTION:

Envisagez-vous, et de quelle manière, que, dès septembre 2003, vos téléspectateurs auront droit à une rubrique hebdomadaire de critique cinématographique de l’ensemble des sorties en salles, à une heure où le public concerné peut facilement la découvrir?

Si Philippe Reynaert (en télévision) et Henri Sonet (en radio) rendent leur tablier ertébéen, il reste d’autres personnalités au sein de la RTBF tout-à-fait capables de réaliser pareille tâche.

Je serai positif en terminant cette lettre. Je tiens à féliciter ici la RTBF de la pertinence de la rubrique hebdomadaire consacrée au cinéma dans le JT des enfants « Les Niouzz » et animée par l’un des anciens de Télécinéma, Bernard Polet.

Dans l’attente de votre réponse circonstanciée à ma question précise, je vous prie de croire en l’expression de mes sentiments les plus cordiaux.

Je reste, bien sûr, à votre disposition si vous souhaitiez m’entendre de manière plus détaillée sur l’un ou l’autre sujet concernant la RTBF. C’est la 3ème fois que je me permets de vous faire pareille proposition.