Plainte auprès du CSA concernant l’obligation de la RTBF de répondre au courrier

Le 4 juillet 2003

À l’attention de Mr Henri Benkoski,
Secrétaire d’Instruction du CSA.

Par la présente, je dépose plainte auprès du CSA concernant deux problématiques liées à l’obligation de la RTBF de répondre au courrier.

1°: Je n’ai toujours pas reçu de réponse à mon courriel envoyé à Jean-Pierre Jacqmin (Matin Première, La Première), le 9 octobre 2002 (courriel de 8H08 à matin.première@rtbf.be) et de son rappel, le 03 décembre 2002, vers 12H.

Vous trouverez en annexe le contenu de ce courriel.

Je vous signale qu’étant invité à la dernière émission présentée à la RTBF par Jean-Jacques Jespers, le « Qu’en Dites-Vous? » du 14 juin 2003, j’y ai rappelé que Mr Jacqmin n’avait toujours pas répondu à ma correspondance. Cette émission a été vue par 107.000 téléspectateurs et probablement par bon nombre de membres du personnel de la RTBF, collègues de J.J.Jespers. Il est donc possible que Mr Jacqmin ait, ainsi été alerté une troisième fois sur son non respect du contrat de gestion.

Si je dépose plainte ce jour, c’est tout simplement parce que, ce matin, à nouveau « Matin Première » vers 7H45 a proposé une interview, celle du patron du Tour de France, qui avait l’allure d’un direct, et qui était enregistrée. Après sa diffusion, l’animatrice en studio a signalé que l’entretien avait été réalisé la veille.

C’est pour un fait analogue que j’avais écrit en vain à Mr Jacqmin.

Il ne s’agit pas ici de répondre à la question que je pose à propos de ces faits dans mon courrier mais bien sur le fait que celui-ci n’est pas traité. Je constate cependant que mon questionnement du 9 octobre dernier reste tout-à-fait d’actualité.

Je tiens à vous signaler que j’ai connaissance d’autres courriers adressés à différents membres du personnel de la RTBF, dont l’Administrateur général lui-même, qui restent sans réponse ou qui reçoivent des réponses non circonstanciées et dans délais bien plus tardifs que celui prescrit par le contrat de gestion. Il s’agit soit de courriers que j’envoie moi-même ou de courriers envoyés par des tiers (un certain nombre de téléspectateurs m’informent de leurs tentatives de dialogue avec la RTBF via mon site internet et mon adresse e-mail qui est signalée chaque semaine dans ma chronique du Ligueur qui touche 300.000 lecteurs).

Invité au « Grand Entretien » que j’anime chaque mois à la Fnac de Bruxelles, le 31 janvier dernier, l’Administrateur général de la RTBF a déjà été alerté de cette dérégulation. Il a clairement laissé entendre que la RTBF n’était pas prête à changer d’attitude (c’est-à-dire, appliquer réellement cette obligation).

L’argument du manque de moyens financiers ne doit pas être mis à toutes les sauces. Ce sont des clauses nouvelles comme celle qui permet à la RTBF de couper ses émissions sportives par de la publicité qui, elles, ont été appliquées sans tarder… Si la RTBF manque réellement d’argent, elle pourrait peut-être réaliser moins d’émissions non prévues de manière spécifique dans son contrat de gestion et consacrer davantage de moyens pour appliquer toutes ses obligations.

Le texte du contrat de gestion est le résultat de longues négociations et la RTBF l’a signé. Le texte sur l’obligation de répondre au courrier a même été âprement négocié. Par exemple, la première mouture prévoyait que le délai des réponses était d’un mois.

Je demande donc que Mr Jacqmin réponde de manière circonstanciée à mon courriel mais, surtout, que le CSA rappelle à l’ordre la RTBF par rapport à cette obligation qu’elle galvaude régulièrement.

Je sais que certains courriers sont difficilement traitables par la RTBF (flots de lettres « pétitions », lettres « obsessionnelles », etc.). Lors d’une réflexion sur cette thématique, j’ai proposé au Conseil Supérieur de l’Education Permanente des pistes de solution, il y a peu. Je suis au service du CSA s’il souhaite m’entendre sur ce dossier.

2° : L’intérêt de cette obligation est multiple: dialogue obligé avec les usagers, rôle de training groupe et de « boîtes à idées »; permettre à la direction de découvrir certains problèmes ou certains questionnements; favoriser la prévention et donc renforcer la qualité des réalisations du Service public; etc.

De plus, le contrat de gestion prévoit que « l’Entreprise organise un enregistrement centralisé des plaintes et du suivi apporté ».

Cet enregistrement centralisé permet à la RTBF de résumer les critiques, félicitations et attentes du public dans son rapport annuel qui est notamment diffusé aux parlementaires. Ainsi peut se préparer de façon très démocratique l’échéance de la négociation et de la version suivante du contrat de gestion.

Cet enregistrement centralisé est également utile pour alimenter les contenus des émissions de médiation diffusées en radio et en télévision.

Or, Jean-Jacques Jespers, coordinateur de « Qu’en Dites-Vous? » a déclaré publiquement à de nombreuses reprises que malgré les messages qu’il envoyait plusieurs fois par an pour rappeler cette obligation au personnel de la RTBF, la centralisation des lettres du public et des réponses apportées était plus qu’approximative (voir « Le Grand Entretien » de la Fnac du 25 septembre 2002; voir interview dans La Libre Belgique des 1er et 2 février 2003).

Ainsi, le rapport annuel ne peut reflète la réalité des aspirations du public et ses lecteurs, dont les parlementaires, sont induits en erreur.

Je demande donc au CSA d’interpeller la RTBF sur cette non application de son obligation.

Je vous prie de croire en l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Annexe

E-mail envoyé à Jean-Pierre Jacqmin (Matin Première, La Première), le 9 octobre 2002

…J’ai entendu votre interview, ce matin, du 1er Ministre. Elle était préenregistrée. Vous l’avez signalé.

Le nouveau contrat de gestion prévoit effectivement que “Pour des émissions autres que le divertissement, les fictions et les documentaires, l’Entreprise précisera aux téléspectateurs, par tous les moyens qu’elle jugera adéquat, qu’il s’agit, le cas échéant, d’une rediffusion ou d’une diffusion différée”.

Le tout est de savoir ce qu’on entend par « adéquat » et le législateur frileux a laissé l’initiative à la RTBF.

Voici ma question : faut-il signaler avant ou après la séquence?

Il me semble que toute information qui n’influence pas l’interprétation par le public de la séquence (noms des techniciens, par exemple) peuvent être mentionnées après la séquence.

Par contre, toute information qui peut influencer la perception de la séquence par le public et la découverte de celle-ci avec un plus grand recul doit être donnée au moment où la séquence commence (par exemple, la séquence est enregistrée et, éventuellement, montée; il s’agit d’une émission sponsorisée; etc.)

Quel est votre positionnement et votre “pratique” dans ce domaine?