N°35 | La RTBF gâche ses « Niouzz »

Le Ligueur du 4 juin 2003

La nouvelle direction de la RTBF maltraite actuellement le journal télévisé des enfants et tente même de le déqualifier: les Niouzz ne seraient plus une émission d’information! Ce 19 mai, nous avons donc déposé plainte auprès du CSA.

En échange d’une dotation qui couvre les trois quarts de son budget, la RTBF doit appliquer un contrat de gestion qui est régulièrement renégocié. Comment les Niouzz sont-elles définies dans cette réglementation qui ne pourra être amendée avant la fin 2006? Dans le chapitre 2 consacré auxémissions d’information: « En télévision, la RTBF produit et diffuse un journal d’information générale d’au moins 6 minutes spécifiquement destiné aux enfants, du lundi au vendredi au minimum, sur la période allant de début septembre à la mi-juin, hors vacances scolaires. Ce journal est rediffusé deux fois le lendemain à heures fixes pendant les heures scolaires ». Dans le chapitre 10: « L’Entreprise assure la traduction par gestuelle d’une édition du journal télévisé pour les enfants ».

Plainte au CSA

La nouvelle direction souhaite que les Niouzz soient intégrées dans la cellule « docu-magazines-jeunesse » alors que le contrat de gestion les classe dans les émissions d’information. La différence n’est pas mince! Ainsi, elles ne seraient plus forcées d’appliquer un règlement d’ordre intérieur qui ne concerne que les émissions d’information et qui est censé garantir l’objectivité et l’indépendance de l’information. Par exemple, le fait que « les émissions d’information ne peuvent être parrainées ». L’évolution envisagée notamment par Alain Gerlache, le directeur de la télévision, permettrait de passer outre et de conforter la situation actuelle des Niouzz qui est en contradiction flagrante avec ce point. En effet, le Ministère de l’environnement de la région Wallone leur apporte son soutien financier, ce qui se traduit par une séquence sur l’écologie programmée quotidiennement dans l’émission. Aussi absurde qu’une rubrique sur le chômage au menu de chaque 19H30 grâce aux sous de Laurette Onkelinx!

Depuis le 17 avril dernier, date d’entrée en vigueur du nouveau décret sur la radiodiffusion, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel(1) peut enfin sanctionner la RTBF lorsqu’elle ne respecte pas son contrat de gestion. Nous avons donc porté plainte, le 19 mai: « …La RTBF affirme que le Ministre n’intervient pas dans le choix du contenu de la séquence. Il ne manquerait plus que cela! Par contre, le fait même que c’est l’écologie et non pas une autre matière (la santé, la citoyenneté, etc.) qui a droit à une rubrique démontre que le financement favorise le choix de la discipline qui aura la chance d’être traitée au quotidien dans le JT des enfants ». Qu’adviendrait-il d’une thématique utile aux enfants et pour laquelle aucun sponsor ministériel n’ouvrirait sa besace?

Une bonne équipe mais…

Les Niouzz subissent d’autres mauvais traitements!

Depuis leur création en mars 2000, on est passé de 4 à 3 diffusions. Celles-ci ne se plus réparties sur les deux chaînes et se retrouvent uniquement sur La Deux que tout le monde ne peut pas capter.

Malheureusement, les rediffusions matinales destinées particulièrement à un public scolaire ont connu de multiples évolutions d’horaire, ce qui ne favorise pas une fidélisation du public. Initialement, 9H et 11H permettaient à des enseignants donnant cours à des heures variées de regarder en direct l’émission avec leurs élèves. De cet argument, il n’a pas été tenu compte et l’horaire actuel est fixé à 9H et 9H25.

Enfin, depuis le 11 avril, la rediffusion de 9H25 n’est plus proposée avec une traduction en langue des signes. La RTBF ose faire croire qu’il n’en est rien puisqu’elle affirme sur son télétexte que cette diffusion est faite « + traduction en LS ». Nous l’avons constaté une quarantaine de jours après qu’elle ait interrompu l’application de son obligation.

Par contre, rien à redire à propos du contenu de l’émission. Sa mini-équipe fait l’impossible pour traiter l’actualité de manière explicative, parfois avec davantage d’esprit critique que dans le JT des adultes! Par exemple, les Niouzz expliquent que le nouveau « Matrix » n’est compréhensible que pour les spectateurs qui ont vu l’épisode précédent et que ce deuxième opus s’arrête net au milieu d’une scène. Il faudra donc dans six mois aller voir la suite!

(1) CSA: Rue Chapelié, 35 à 1050 Bruxelles
www.csa.cfwb.be