Texte de mes deux plaintes au CSA concernant les « Niouzz » (RTBF)

1ère plainte (19/05/2003)

À l’attention de:
Mme Evelyne Lentzen,
Présidente du CSA

Objet: 1ère plainte RTBF: Les Niouzz, émission d’information

Bruxelles, le 19/05/2003

Madame la Présidente,

Je dépose plainte auprès du CSA pour le fait que la RTBF poursuit actuellement le parrainage institutionnel des « Niouzz ».

Depuis le 1er janvier 2002, cette situation est illégale puisque dans le nouveau contrat de gestion, cette émission est classée dans les émissions d’information (chapitre 2 article 7).

Il ne faudrait pas brouiller les pistes sous prétexte de restructuration à la RTBF. Je tiens ici à vous signaler que, selon La Libre Belgique du 13 mai 2003, la RTBF voudrait verser « Les Niouzz dans Docu-magazines-jeunesse » car, selon Alain Gerlache, le Directeur de la Télévision, « l’Unité jeunesse intègre pleinement la dimension de l’information et que Les Niouzz y seront beaucoup mieux traitées ».

Ce positionnement est inadéquat par rapport aux obligations consacrées par le contrat de gestion. Les Niouzz sont une émission d’information et doivent le rester.

En tant qu‘émission d’information, Les Niouzz doivent respecter le règlement d’ordre intérieur relatif au traitement de l’information et à la déontologie des membres du personnel, et notamment à la déontologie des journalistes afin de garantir l’objectivité et l’indépendance de l’information ainsi que de ceux qui l’assurent (décret RTBF, article 7, §7).

Dans ce règlement d’ordre intérieur, il est clairement signifié que « les émissions d’information ne peuvent être parrainées » (chapitre 1, §5).

Or, actuellement le Ministre Forest poursuit son parrainage qui se traduit par une séquence axée sur l’écologie qui est régulièrement diffusée dans Les Niouzz.

C’est celui-ci qui fait l’objet de ma plainte.

La RTBF affirme que le Ministre n’intervient pas dans le choix du contenu de la séquence. Il ne manquerait plus que cela! Par contre, le fait même que c’est l’écologie et non pas une autre matière (la santé, la citoyenneté, etc.) qui a droit à une rubrique démontre que le financement favorise le choix de la discipline ou de la thématique qui aura la chance d’être traitée au quotidien dans le JT des enfants. C’est une menace à l’indépendance de l’information et de ceux qui l’assurent.

Les émissions « jeunesse », contrairement à ce que laisse entendre Mr Gerlache, n’offrent pas cette garantie éditoriale des émissions d’information. Lorsque les futurs « Niouzz » étaient préparés par le Service Jeunesse, des contacts exploratoires de type commerciaux et éditoriaux avaient été pris avec le département « presse jeunesse » du groupe « Vers l’Avenir » (voir La Libre Belgique, 30 juin 1998).

Pour rappel, le 12 décembre 2001, au cours de « Midi de l’Audioviovisuel » au Forum de la Fnac de Bruxelles qui annonçait la dissolution de l’Association des Téléspectateurs Actifs, le Ministre de l’Enfance Jean-Marc Nollet a annoncé publiquement qu’il mettait fin au parrainage qu’il avait également octroyé au « Niouzz », estimant que le nouveau contrat de gestion, démarrant quelques jours plus tard, rangeait définitivement le JT des enfants dans les émissions d’information, ce qui rendait désormais impossible pareil financement. C’est d’ailleurs cette somme ainsi libérée qui a permis à Mr Nollet de financer son opération de type « lecture des quotidiens » dans les établissements scolaires.

Si vous le souhaitez, je suis prêt à être auditionné par le CSA sur cette problématique.

Je vous prie de croire en l’expression de mes sentiments les plus cordiaux.


2ème plainte (27/05/2003)

À l’attention de:
Mme Evelyne Lentzen,
Présidente du CSA

2ème plainte RTBF: traduction en langue des signes des Niouzz

Bruxelles, le 27/05/2003

Madame La Présidente,

Depuis le 11 avril, la rediffusion de 9H25 des « Niouzz » n’est plus proposée avec une traduction en langue des signes, ce qui est en contradiction avec son contrat de gestion.

De plus, la RTBF ose faire croire qu’il n’en est rien puisqu’elle affirme sur son télétexte que cette diffusion est faite « + traduction en LS ».

Nous l’avons constaté une quarantaine de jours après qu’elle ait interrompu l’application de son obligation.

Que d’enfants ainsi doublement frustrés!

La faute est donc double.

En compensation, la RTBF ne pourrait-elle pas être obligée de diffuser durant un certain nombre d’heures des programmes complémentaires pour enfants avec traduction en langue de signes?

Que ce fait soit signalé dans un communiqué qu’elle devrait diffuser à l’antenne à une heure de très forte audience.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire en l’expression de mes sentiments les plus respectueux.