Hors série | Signalétique: encore plus utile!

Le Ligueur du 21 mai 2003

Voilà deux ans que les petits pictogrammes étaient importés de France sur nos chaînes pour permettre aux téléspectateurs de découvrir la nature des programmes qu’ils s’apprêtent à regarder. Cette nouveauté était assortie d’une obligation de diffuser après 20H et 22H les programmes interdits aux moins de 12 et 16 ans.

Une étude et une audition publique des chaînes permettent d’évaluer que la « signalétique jeunesse » est devenue un outil de travail « utile » pour les chaînes et qu’elle exerce un effets positifs sur les parents et les enfants. D’entrée de jeu, il faut bien être conscient qu’elle devrait prendre place dans un dispositif global d’éducation aux médias, impossible à construire tant que les responsables politiques préfèreront en parler plutôt que de le financer.

Les familles ayant des enfants de moins de 12 ans accordent plus d’importance à la programmation horaire qu’à la signalétique elle-même. Beaucoup ne parviennent pas à retenir le sens des pictogrammes. La solution proposée par le représentant de Canal+ Belgique est limpide mais sera-t-elle appliquée spontanément par nos médias? « Il faudrait organiser une campagne d’information recurrente sur les chaînes et une impression correcte des sigles dans la presse périodique ».

Les horaires de diffusion, quant à eux, posent problème le week-end car nombreux sont les enfants qui regardent tardivement la télévision dans leur chambre.

Henry Ingberg, le Secrétaire général de la Communauté française, a conclu la rencontre d’évaluation du 12 mai dernier par différentes propositions: la présence de la signalétique durant tout le programme; une harmonisation des dispositifs d’information sur les contenus (la télé, les DVD, internet, etc.); la nécessité de rendre les pictogrammes plus lisibles.

Sur ce point, pourquoi ne pas reprendre la nouvelle signalétique mise en place depuis l’automne dernier en France et qui, deux mois après, était déjà jugée plus pratique par 76% des téléspectateurs sondés? Les chiffres qui apparaissent à l’écran y indiquent l’âge en dessous duquel il est déconseillé de regarder le programme: -18, -16, -12 et -10.

Non reprise par M.Ingberg mais pourtant fort sollicitée par les familles, une autre proposition irrite les chaînes et mérite débat: l’extension de la signalétique aux émissions d’information.