N°25 | Quelle « proximité » pour RTL TVi?

Le Ligueur du 12 mars 2003

Philippe Delusinne, le nouvel Administrateur délégué de RTL TVi n’a sans doute pas oublié que l’un des slogans qui fit le succès de sa chaîne fut « RTL, c’est vous ».

À Philippe Reynaert qui lui demandait pour « Média+ »(1) de définir le trait qui particularisait sa chaîne privée, il répondit sans hésiter: « La proximité ».

Selon le dictionnaire: « Plusieurs choses qui sont proches ». La chaîne et son public, par exemple?

Rien qu’aux professionnels?

Est-ce vraiment le cas, au quotidien? RTL TVi est parfois cachottière à l’égard de son public! En voici un exemple peu banal! Le 29 février 1999, son JT de 19H annonce que la chaîne privée vient d’être condamnée par le CSA (le Conseil supérieur de l’Audiovisuel) pour diffusion d’images de violence gratuite. Une interview du Directeur de l’information, Stéphane Rosenblatt, est diffusée. Il y explique que cette séquence, même si elle était violente, méritait de figurer dans son JT. Son raisonnement assimile un peu légèrement ces images d’un fait divers sanglant à des images de guerre dont la diffusion constitue un témoignage nécessaire dans des émissions d’information.

Revirement d’attitude, trois ans et demi après l’annonce de cette condamnation: le 27 novembre 2002, lors de l’audition publique à Flagey des chaînes sur la violence dans les programmes d’information, M.Rosenblatt concède devant un public composé principalement de professionnels que la diffusion de cette séquence était « critiquable ». Les téléspectateurs de RTL TVi, eux, ne seront pas informés de ce changement de cap, radical et courageux.

Nous avons interpellé le représentant de la chaîne privée: « Voici une question concrète! Pourquoi ne créez-vous pas comme la RTBF une émission de médiation qui permettrait à vos téléspectateurs d’avoir un débat sur l’audiovisuel? ». Aucune réponse ne nous sera proposée au cours de cette audience publique.

Vers un dialogue?

Nous avons ensuite envoyé un mail à quatre reprises à M. Rosenblatt (les 3 et 17 décembre, les 13 et 30 janvier) pour lui signaler que nous souhaitions aborder cette question dans Le Ligueur: « Trouveriez-vous judicieux que RTL TVi mette à l’antenne une émission de médiation? ». Nous n’avons, jusqu’à présent, reçu aucune réponse, pas même un accusé de réception. Il est vrai que, contrairement à la RTBF, la chaîne privée n’a aucune obligation de répondre au courrier.

Dans notre missive, nous prenions pour exemple l’expérience de « Qu’en dites-vous? » (RTBF) pour expliquer que des émissions de médiation peuvent être utiles à toutes les chaînes qui poursuivent des objectifs démocratiques. Les témoignages des téléspectateurs peuvent y encourager les chaînes à une réflexion interne et ainsi contrer certains risques de dérives.

C’est faire honneur à la chaîne privée que d’espérer qu’elle pourrait également poursuivre pareils objectifs.

Pareil rendez-vous permettrait à RTL TVi de répondre à bien des questions qui se posent quant à sa manière de traiter l’information. Nous n’avons pas la possibilité de découvrir le contenu des lettres adressées par les téléspectateurs à la chaîne alors, à titre d’exemple, bordons-nous à relever une critique parue récemment dans la presse écrite. Olivier Taymans écrivait récemment dans « Le Journal du Mardi »(2) à propos de la crise concernant l’Irak: « C’était la première fois que je voyais un journaliste du JT de RTL-TVi tenir tête au ministre qu’il interviewait. Laurent Haulotte ne lâchait pas Louis Michel d’une semelle: il fallait qu’il avoue qu’il était allé trop loin dans son indépendance face à nos amis américains… ». Alors, RTL TVi soutiendrait-elle « une bonne guerre rapidement gagnée qui ferait le plus grand bien à une économie mondiale enrhumée? ». Ne serait-il pas légitime que les téléspectateurs de la chaîne privée puissent découvrir la réponse de la rédaction à pareille invective?

Philippe Delusinne ne pourrait-il pas considérer qu’une émission de médiation renforcerait la « proximité » chère à RTL TVi? Nous ne manquerons pas de tenir au courant nos lecteurs des éventuelles réactions de la chaîne privée.

La question est posée: le privé, dans le secteur de l’audiovisuel, peut-il s’intéresser à la médiation? En presse écrite, c’est déjà le cas avec le médiateur du « Soir ».

(1) Emission non-cryptée sur Canal+Belgique, le samedi à 19H15.
(2) Extrait de la rubrique « L’envers des médias » du 18/02/2003.


Utile et gratuit

La présente rubrique a abordé la violence dans les programmes d’information des télévisions. Le Ministère de la Communauté française a publié une brochure gratuite de près d’une centaine de pages intitulée « La violence dans l’information télévisée ». La lecture de cet ouvrage pertinent peut alimenter un débat salutaire. Un véritable outil d’éducation aux médias pour jeunes et adultes!

Contact:
M. Eric Franssen
Tél.: 02/413.22.46
> E-mail: eric.franssen@cfwb.be